LE "CRACK", celui qui fait tant parler de lui

 

Mélanie Vignac - Ostéopathe D.O - 1 rue Corneille 78140 Vélizy Villacoublay

06 01 35 25 35 - melanie.vignac@gmail.com

Décryptage de ce bruit mystérieux survenant lors d'une manipulation, qui surprend, qui fait rire ou même parfois pleurer.         

 

Ce phénomène est décrit pour la 1ère fois en 1911. Les radiologues et médecins pensaient que ce bruit ne se produisait que dans les articulations malsaines. 1 

C'est en 1947 qu'une équipe de scientifique réfute cette théorie en démontrant le mécanisme du "Crack" 2

Enfin, en avril 2015 une nouvelle étude réussit à filmer sous IRM le "Crack" de nos articulations 3

Quel est ce bruit ? 

"Crack", ce bruit appelé CAVITATION est provoqué au sein de l'articulation. C'est la jonction de dos os qui bougent l'un par rapport à l'autre tout en étant lubrifié par le liquide synovial, le tout dans une capsule articulaire. 

Le liquide synovial contient des gaz : 

        * Dioxygène

        * Azote

        * Oxygène 

Les différentes étapes du "crack" 

idées reçues 

Schéma 1 : Explication de la manipulation articulaire par HVBA

  • Arthrose et craquement : il n'y a aucune corrélation entre arthrose et le craquement  d'une articulation. 

Une étude menée par Donald Unger a démontré qu'en faisant craquer les doigts de sa main gauche au moins deux fois par jour (mais jamais ceux de la main droite) pendant plus de 50 ans n'entrainait pas d'arthrose4.

 

  • Lorsqu'une articulation craque, les os ne se remettent pas en place. Le bruit n'est pas dû au glissement de l'un par rapport à l'autre mais bien à la cavité intra-articulaire. 

 

  • L'ostéopathe ne fait pas "craquer". 

Les techniques Haute Vélocité Basse Amplitude (HVBA) ont une action sur la douleur et la raideur active musculaire par le biais d'informations neurologiques à la zone manipulée (Schéma 1).

L'absence de son ne signifie pas un échec de la manipulation5.

De nombreux ostéopathes n'utilisent pas ce genre de techniques et néanmoins ce sont d'excellents praticiens.    

Références 

[1]Fick R, Zum Streit um den Gelenkdruck. Berlin : Anat Hefte Springer – Verlag. 1911 ; 43 : 397 – 414

 

[2]Roston JB, Haines RW. Cracking in the metacarop-phalangeal joint. J Anat. 1947

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1272878/pdf/janat00491-0050.pdf

 

 

[3]Kawchuk GN, Fryer J, Jaremko JL, Zeng H, Rowe L, Thompson R. Real – Time visualization of joint cavitation. Avril 2015

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25875374

 

[4] Unger D. Does knuckle cracking lead to arthritis of the fingers ? Mai 1998

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1002/1529-0131%28199805%2941%3A5%3C949%3A%3AAID-ART36%3E3.0.CO%3B2-3

 

[5] Cymet TC, Protopapas MG. Joint cracking and popping : understanding noises that accompany articular release. Mai 2002

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12033758

 

 

gallery/logo

Lors d'un changement rapide de pression dans l'articulation (par exemple la séparation de deux surfaces articulaires), les molécules de gaz contenus dans le liquide synovial vont s'agglomérer formant une bulle de cavitation, ainsi, lors du relâchement de l'articulation la bulle de cavitation est compressée jusqu'à l'éclatement formant le "Crack".

gallery/manipulation hvba
gallery/etape crack