Lombalgie & Ostéopathie 

 

Le "Mal du Siècle", si répandu dans notre société, est devenu un des qualificatifs pour désigner le mal de dos. 

Au cours de leur vie, 4 personnes sur 5 souffriront de lombalgie. 1       

 

La lombalgie se définit par la présence d'une douleur siégeant dans la partie basse de la colonne vertébrale : au niveau des lombaires. 2 

DURÉE

On observe 3 durées différentes pour les lombalgies 3

  • Lombalgie Aigue : jusqu'à 6 semaines. Elle est aussi connue sous le nom de "Tour de reins" ou bien 'Lumbago". Elle représente 90 % des cas. 
  • Lombalgie Subaigue : entre 6 semaines et 12 semaines. Correspondant à 3 % des cas.
  • Lombalgie Chronique : au-delà de 12 semaines. Soit 7 % des cas. 

CAUSES 

Nous pouvons les classer en 3 catégories 4

  • Lombalgie commune : sans pathologie à l'origine de la douleur. Les causes de celle-ci peuvent être variées. 
    • Mécanique : blocage, "faux mouvement", effort inhabituel, contracture musculaire
    • Posturale : mauvaises positions au travail - sport - en voiture, trouble de la posture
    • Viscérale : ballonnement, constipation, cicatrice, menstruation 
    • Psychosomatique : angoisse, stress, anxiété. D'où l'expression "en avoir plein le dos". Ici, des troubles psychiques sont à l'origine ou aggravent les troubles physiques. 

 

  • Lombalgie avec compression radiculaire : cruralgie, sciatalgie. La dégénérescence discale ou encore la hernie discale en sont les plus souvent les causes de cette catégorie. 

 

  • Lombalgie d'origine osseuse organique : 
    • Traumatique : fracture vertébrale, tassement vertébral 
    • Infectieuse : spondylodiscite 
    • Tumorale : métastase osseuse
    • Inflammatoire : spondylarthropathie 

Cette liste est non exhaustive. 

TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE

sLa lombalgie est un des motifs de consultation les plus fréquents 5. Après avoir exclu les pathologies qui ne seraient pas du ressort du thérapeute, la diminution de la douleur passe par la libération des zones de blocages et de tensions par des manipulations ostéopathiques. 6 

 

Une écoute orientée du patient permet de poser un diagnostic ostéopathique reposant sur une anamnèse, une inspection, des tests médicaux et ostéopathiques afin d'élaborer un traitement adapté au patient. Toutes les parties du corps sont reliées les unes aux autres par des chaînes musculaires, des fascias (suites tissulaires ininterrompues allants de la tête aux pieds), des viscères, des pièces osseuses et ligaments ainsi que le système nerveux et artério-veineux. Ces structures sont interdépendantes les unes des autres et compensent les déficits des unités fonctionnelles régionales et / ou à distance. 

En redonnant de la mobilité par le biais de techniques ostéopathiques, on permet au corps d'optimiser ses capacités d'adaptation et donc de diminuer les douleurs perçues. 

 

Une méta-analyse de 2005 démontre que cette approche est efficace dans les douleurs lombaires aigues et chroniques. 7.8 Elle permettrait aussi dans certains cas la diminution de la prise médicamenteuse. 9.10

Prévention  

En travaillant sur l'ensemble des facteurs favorisant l'apparition des lombalgies, ceci permettrait de prévenir les douleurs. 

  • L'ergonomie dans la vie quotidienne est au coeur de la prévention de la lombalgie. Que ce soit au bureau, lors de ports de charges, pour s'asseoir ou se relever d'une hauteur => adopter la bonne position (tête droite en face de l'ordinateur, dos droit, genoux fléchis lors de ports de charges). 11
  • Une tonicité musculaire suffisamment présente tant abdominale que dorsale est nécessaire pour préserver le dos. Les nombreux muscles de maintien permettent la bonne répartition des charges sur les différentes articulations. Lorsque ces derniers sont en déficit, alors l'effort se concentre sur un point précis qui est très souvent les lombaires. 12 
  • Hygiène de vie : 
    • En cas de surcharge pondérale, le rachis lombaire peut se fragiliser. Une étude a mis en évidence qu'un indice de masse corporelle supérieur à 25 augmente le risque de lombalgie. 13 
    • Le tabac est un facteur de risque pour les lombalgies. La nicotine et les substances chimiques contenues dans la cigarette ralentissent le débit sanguin. Les disques vertébraux sont donc moins bien vascularisés et vieillissent plus rapidement. La modification du comportement tabagique peut avoir un fort impact sur la réduction des douleurs. 14.15 
  • Les troubles du sommeil peuvent majorer les douleurs et inversement, il y a une forte corrélation entre ces deux sujets. 16 L'existence d'une lombalgie chronique est associée à une altération du sommeil qui est proportionnel au retentissement de la lombalgie sur la vie quotidienne des patients. Une méta-analyse de 2009 démontre qu'en ayant une literie de bonne qualité, en favorisant les matelas durs ou fermes, réduit l'inconfort dans le dos et donc les lombalgies. 17 

Eviter le cercle vicieux de la douleur est essentiel. La sédentarité et le repos peuvent l'entretenir, l'arrêt de vos activités n'est donc pas une solution : "arrêter de bouger, c'est se rouiller". 18 

Figure 1 : Cercle de la douleur

Le mouvement est votre meilleur allié dans la guérison. 

 

La douleur est un mécanisme naturel qui agit comme une sonnette d'alarme, ne laissez pas courir une "petite douleur" pendant des mois. 

Plus l'organisme souffrira en silence, plus le temps de récupération sera long. Le corps compense en effet les déséquilibres ce qui peut provoquer l'apparition de douleurs annexes. 

L'ostéopathe déterminera l'origine de ces douleurs et grâce au traitement qu'il mettra en place, les structures verrouillées se verront libre en fin de consultation. 

 

Si toutes fois une lombalgie aigue (lumbago) survient suite à un traumatisme direct sur la zone tel un choc violent ou bien une lombalgie sans traumatisme mais associées à de la fièvre, des brûlures urinaires, du sang dans les urines, de fortes douleurs abdominales alors contactez rapidement votre médecin traitant. 

Références 

[1]La Lombalgie, un enjeu de santé publique. 2018 

https://www.ameli.fr/yvelines/medecin/sante-prevention/lombalgies/enjeu-sante-publique

 

[2]Livret de l’assurance maladie sur la lombalgie. 2017 

https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/346615/document/lombalgie-que-faire_assurance-maladie.pdf

 

[3]INRS. Les lombalgies. 2015

http://www.inrs.fr/risques/lombalgies/effets-sur-la-sante.html

 

[4]HAS-Santé. Diagnostic, prise en charge et suivi des malades atteints de lombalgie chronique. 2000

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/lombalgie_dec2000_recos.pdf

 

[5]SFDO. L’Ostéopathie plébiscitée par les Français. 2014

https://www.osteopathe-syndicat.fr/medias/document/1417-communique-de-presse-sondage-opinion-way-sfdo.pdf

 

[6]Castro-Sanchez AM, Lara-Palomo IC, Mataran-Penarrocha GA, Fernandez-de-Las-Penas C, Saavedra-Hernandes M, Cleland J, Aguilar-Ferrandiz ME. Short-term effectiveness of spianl manipulative therapy versus functionnal technique in patients with chronic nonspecific low back pain : a pragmatic randomized controlled trial. 2016 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26362233

 

[7]John C Licciardone, Angela K Brimhall, Linda N King. Osteopathic manipulative treatment for low back pain : a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trial. 2005

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1208896/

 

[8]Anges Cruser, Douglas Maurer, Kendi Hensel, Sarah K Brown, Kathryn White, Scott T Stoll. A randomized, controlled trial of osteopathic manipulative treatment for acute low back pain in active duty military personnel. 2012

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3267441/

 

[9]John C Licciardone. The osteopathic trial demonstrates significant improvement in patients with chronic low back pain as manifested by decreased prescription rescue medication use. 2014 

http://jaoa.org/article.aspx?articleid=2094646

 

[10]Gunnar BJ, Andersonn MD, Tracy Lucente MPH, Andrew M, David M. Robert E, Kappler, James A, Sue Leurgans. Comparaison of Osteopathic spinal manipulation with standard care for patients with low back pain. 1999

https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJM199911043411903

 

[11]La lombalgie aiguë. 2018

https://www.ameli.fr/yvelines/assure/sante/themes/lombalgie-aigue/traitement-prevention

 

[12]Ribaud A, Tavares I, Viollet E, Julia M, Hérisson C, Dupeyron A. Wich physical activities and sports can be recommended to chronic low back pain patients after rehabilitation ? 2013

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24140440

 

[13]Liuke M, Solovieva S, Lamminen A, Luoma K, Leino-Arjas P, Luukkonen R, Riihimäki H. Disc degeneration of the lumbar spine in relation to overweight. 2005 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15917859

 

[14]Goldberg MS, Scott SC, Mayo NE. A review of the association between cigarette smoking and the development of nonspecific low back pain and related outcomes. 2000

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10767814

 

[15]Fahad Alkherayf, Eugene K Wai, Eve C Tsai, Charles Agbi. Daily smoking and lower back pain in adult canadians : the canadian community health survey. 2010

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3004651/

 

[16]Marty M, Rozenberg S, Duplan B, Thomas P, Duquesnoy B, Allaert F, The section Rachis de la Société Française de Rhumatologie. Quality of sleep in patients with chronic low back pain : a case-control study. 2008

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2518999/

 

[17]Bert H Jacobson, Ali Boolani, Doug B Smith. Changes in back pain, sleep quality and perceived stress afer introduction of new bedding systems. 2009 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2697581/

 

[18]Livret de l’assurance maladie sur la lombalgie. 2017 

https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/346615/document/lombalgie-que-faire_assurance-maladie.pdf

 

gallery/lombalgie2
gallery/faux mouvement
gallery/dégénérescence discale
gallery/posture ordinateur
gallery/port de charge
gallery/voiture
gallery/ménage
gallery/cercle de la douleur
gallery/logo

Mélanie Vignac - Ostéopathe D.O 

1 rue Corneille - 78140 Vélizy Villacoublay

06 01 35 25 35

 melanie.vignac@gmail.com